Page 10 - Limpact85
P. 10

SPORT




                              Tout roule!








                                              Valentin Simonet







              Des Mercedes, des Porsche, des Audi… Autant de grandes marques qui étaient au départ de la
              finale du championnat de France FFSA GT au circuit Paul Ricard. Valentin Simonet, lui, a décidé
              de rouler à bord d’une Ginetta, avec l’équipe K’Works. L’occasion de revenir sur le parcours de ce
              pilote de 28 ans que rien ne destinait à se lancer dans les sports auto.



              Le vrombissement des moteurs. La   son métier dans la finance. S’il a débuté
              première fois qu’il entend ce bruit, aux   ce championnat GT avec Porsche, il
              24 heures du Mans, il a 12 ans. Depuis, il   a décidé de le terminer à bord d’une
              fait partie de son quotidien. Du karting   Ginetta avec l’équipe K’Works. “Je
              jusqu’au pôle France de formation des   voulais essayer autre chose”, confie-t-il.
              pilotes, Valentin a finalement démarré   Il connaissait déjà le “team manager”,
              en monoplace. Il a ensuite fait le choix   Nelson. Ce dernier lui a proposé de
              d’aller en Berline (Tourisme/Grand   faire binôme avec Thomas Hodier
              Tourisme). En parallèle des courses, il   pour ces ultimes courses. Une équipe
              obtient un Master dans la Finance. Issu   d’une dizaine de personnes en voie
              d’une famille originaire du sud-ouest,
              rien ne le prédestinait à se lancer sur   de professionnalisation. Peu importe
              circuit. Dans un pays où le rugby est   le résultat, cette finale déterminera
              légion, Valentin s’est fait son propre   sûrement les choix de Valentin, pour
              chemin. Une étape cruciale, la recherche   l’année prochaine. S’il a déjà fait ses
              de sponsors. “Ce fut un parcours du   preuves, comme en 2015 en devenant
              combattant mais j’ai maintenant des   champion de France GT junior, il garde
              partenaires fidèles comme la marque   en tête ses objectifs. Continuer en GT et
              Crazy Tiger”, affirme-t-il. Aujourd’hui, le   “participer à des courses d’endurance
              pilote multiplie les courses, en plus de   comme les 24 heures du Mans”.
                                                                                     “MY GASOLINE”
                                                                                     C’est un blog pour partager leur passion.
                                                                                     Celle des sports auto. Le compte
                                                                                     Instagram qui va avec est tenu par
                                                                                     Valentin et sa copine Mylène. Lui est
                                                                                     pilote, elle journaliste. Deux fous des
                                                                                     roues. “Il y avait un créneau à prendre
                                                                                     sur Instagram. Très peu de couples font
                                                                                     ça dans notre domaine. On aurait été
                                                                                     déçus de passer à côté”, affirme Mylène.
                                                                                     A travers leurs publications, ils nous
                                                                                     emmènent dans leur univers. Un sport
                                                                                     qu’ils veulent rendre plus accessible. “On
                                                                                     a de la chance de voir ce que l’on voit
                                                                                     alors on le partage”, complète Valentin.
                                                                                     Le but, c’est aussi de démonter quelques
                                                                                     clichés. Les belles et grosses voitures
                                                                                     sont souvent associées à l’argent. “Oui
                                                                                     c’est le cas, mais nous, on ne vient pas
                                                                                     de familles aisées. On n’a pas non plus
                                                                                     grandi dans les sports auto. Donc, on
                                                                                     veut montrer que ce n’est pas forcément
                                                                                     un domaine réservé aux gens qui ont des
                                                                                     moyens”, conclut le coureur.
                                                                                     Laura Berlioz

                                                                10
   5   6   7   8   9   10   11   12   13   14   15